Appel à communications / Journée d’études

CHOISIR LES GUENILLES : SE VÊTIR EN PAUVRE DE L’ODYSSÉE À GALLIANO.

APPEL À COMMUNICATIONS (English version below)

VENDREDI 23 JUIN – PARIS

Date limite d’envoi des propositions : 10 février 2023 

Cette journée d’études s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs.

 

La société française contemporaine est régulièrement agitée par des polémiques, reprises et parfois provoquées par la sphère politique, autour de questions vestimentaires. Un des points saillants de ces débats normatifs concerne une notion floue et toujours en évolution : la correction et la décence de la tenue. Cette correction se comprend avant tout de manière morale, le vêtement étant souvent pensé, dès l’Antiquité, comme le reflet de l’âme. Dès lors, une tenue déchirée, tachée, relâchée ou indécente laisserait transparaître les vices de son porteur. Cette association entre bienséance vestimentaire et comportement respectable est réaffirmée par certains députés aujourd’hui même. Pour saisir l’enjeu de ces débats, il faut comprendre le vêtement et ses interdits sur un plan individuel, mais aussi, comme l’écrit R. Barthes, en tant que « système (…) défini par des liaisons normatives, qui justifient, obligent, interdisent ou tolèrent, en un mot règlent l’assortiment des pièces sur un porteur concret, saisi dans sa nature sociale, historique ».

Le refus d’une « tenue correcte » recoupe les mêmes enjeux moraux, philosophiques et politiques que son acceptation : les philosophes et les artistes ont souvent mis en avant leur dédain pour les codes sociaux et la bienséance. Par ailleurs, la prise de conscience grandissante des problèmes écologiques fait rejeter par certains l’exigence d’une garde-robe toujours renouvelée, au nom de son impact écologique et éthique.

Une chose est sûre : tout le monde n’entend pas l’expression « tenue correcte » ou « tenue décente » dans le même sens, celle-ci évoluant avec les modes, les mentalités, les changements de rapport entre les sexes et de frontières entre les genres, les conditions matérielles, mais aussi avec des considérations politiques ou éthiques. L’exposition « tenue correcte exigée », organisée au Musée des Arts décoratifs en 2016-2017 résume bien, dans son parcours historique, la pérennité de ces enjeux.

 

La journée d’études que nous proposons sera consacrée à un type de vêtements qui fait particulièrement scandale et cristallise ces problématiques morales, ceux du pauvre et du mendiant. Guenilles, haillons, trous, taches, vêtements reprisés, vêtements de travail et vêtements religieux, l’habit du pauvre et du mendiant apparaît fréquemment dans la littérature et dans l’art. Il a fait l’objet au fil du temps de nombreux discours, critiques le plus souvent mais parfois élogieux, et est au coeur de récupérations tant politiques qu’esthétiques, qui peuvent parfois soulever des questions. Nous nous pencherons donc sur les différentes facettes de cette tenue souvent subie, mais parfois imitée et détournée, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, à partir des trois axes suivants : 

  1.     L’habit du pauvre est un vêtement privilégié pour dissimuler sa véritable identité et se fondre dans un relatif anonymat. Ainsi, au chant XIII de l’Odyssée, Athéna donne à Ulysse une apparence de mendiant pour lui permettre de rentrer incognito à Ithaque, de sonder les intentions de Pénélope et d’occire les prétendants. L’habit de pauvre, en même temps qu’il cache l’identité du héros, est un des outils au service de la mise à l’épreuve  des autres personnages. Cela renvoie à deux caractéristiques topiques attachées à la figure du mendiant, pensé comme un marginal : sa vie dans l’incognito, puisqu’il n’appartient pas à la classe des notables, et sa clairvoyance, comme si l’humilité permettait de percer le voile des apparences. Comment le fait de revêtir le vêtement du pauvre permet-il, métaphoriquement, de revêtir ces qualités ? Le déguisement de mendiant a-t-il toujours le même sens et la même fonction dans les récits, de l’Antiquité au XXIe siècle ? Si ce costume permet de dissimuler sa véritable identité, il est aussi de temps à autre le marqueur d’un état passager. Dans les contes de Perrault, on peut penser par exemple aux figures féminines de Cendrillon et Peau d’Âne qui quittent leurs haillons de miséreuses au moment du dénouement, le changement de l’habit marquant alors un changement d’état. Quel rôle joue le vêtement de mendiant dans les différents schémas narratifs ? En quoi, dans le monde de la fiction, est-il un marqueur paradigmatique des changements expérimentés par les personnages ?
  2.     Par ailleurs, au sein de la société, l’habit de pauvre est, pour certains individus, un moyen pour marquer vestimentairement leurs qualités et prétentions morales. Différentes philosophies ont pu réfléchir sur l’habit que devait porter le philosophe et, si Alcibiade fait l’éloge du simple manteau de Socrate dans le Banquet, les pythagoriciens et les cyniques ont poussé cette réflexion jusques au dénuement le plus extrême. Diogène est le parangon de cette attitude vis-à-vis de l’habit de pauvre. S’habiller en mendiant est la manifestation extérieure et matérielle de l’abandon de tout ce qui est mondain. Comment sont construits les discours philosophiques de l’humble habit ? Comment fait-on l’éloge de l’habit simple, comme tenue par excellence du philosophe ? Cette austérité vestimentaire est reprise dans un contexte chrétien où les ascètes ermites expriment leur retrait du monde par leur habit et où la tenue du moine emprunte à celle du pauvre. La littérature hagiographique rapporte de manière topique la rencontre entre l’humble et le noble où la différence des modes de vie est manifestée par l’habit. C’est ce que l’on retrouve dans l’entrevue entre Théodose et Abraham de Harran chez Théodoret de Cyr : « [L’empereur] le fit donc appeler et considéra que cette peau de bique de paysan était plus respectable que sa pourpre. » Les ordres mendiants ont repris, dans l’Occident médiéval, les qualités vertueuses attachées à l’habit de pauvre. De nos jours, s’habiller avec des fripes, des habits troués ou défraîchis, permet de porter un discours non plus philosophique ou religieux mais écologique. L’upcycling serait-il le vêtement d’ascète du XXIe s. ? Comment l’habit pauvre exprime-t-il des valeurs morales et comment le discours écologique porté sur la mode contemporaine remotive-t-il ces motifs séculaires ? Peut-on déjouer les postures derrière les velléités morales affichées par le vêtement ?
  3.       La poésie et l’art ne sont pas étrangers à ce mouvement. Le poète bohème, particulièrement chez Rimbaud, porte une mise négligée et  trouée :  « les poings dans mes poches crevées. » L’habit de mendiant signale la place à part du poète et lui permet de faire fonction de voyant. Comment se construit au fil du temps ce motif du poète-mendiant ? Comment ce motif est-il lié à une écriture de la simplicité, au moins clamée ? Au-delà de ce parti pris, il existe dans l’art une véritable esthétique de l’habit de mendiant. En premier lieu, la rhapsodie (reprisage) est la métaphore par excellence de la création épique dans l’Antiquité. L’habit reprisé, formé de plusieurs morceaux assemblés est le modèle du genre le plus élevé. Comment ce modèle du vêtement humble est-il conscientisé par les auteurs antiques ? Comment s’amusent-ils avec ce paradigme ? La littérature s’intéresse également à l’habit du va-nu-pieds par le biais des accrocs et des trous. Le trou de l’habit est ce qui révèle la vérité des choses qui demeurent autrement cachée. Le poète hugolien utilise le trou du vêtement comme une des formes de la claire-voie qui permet de voir, par bribes, une vérité qui autrement serait insupportable pour l’être humain. Comment les écrivains et philosophes construisent-ils le trou ou l’accroc comme quelque chose de positif ? Dans la mode contemporaine enfin, l’habit de miséreux, du voyou, du mal-vêtu sont pensés comme beaux pour eux-mêmes. Différentes maisons de haute couture ont proposé des collections où ces tenues de la rue, devenues le comble du chic,  défilent sur les podiums. Sans doute peut-on repérer ici une fascination des groupes sociaux plus aisés pour le vêtement du pauvre, symbole d’encanaillement et de liberté, sans qu’elle ne soit exempte de violence symbolique.

Les communications, en français ou en anglais, n’excèderont pas 30 minutes et seront suivies d’un temps de discussion. Les propositions, sous forme d’un résumé (300 mots maximum) en français ou en anglais, sont à envoyer avant le 10 février 2023 à himationlabojunior@gmail.com et à mode_religions@lsrs.lu. La journée d’étude aura lieu le vendredi 23 juin.

 

Choosing the Rags: Dressing as a Poor Man from the Odyssey to Galliano

Contemporary French society is regularly troubled by controversies, taken up and sometimes provoked by politicians, around questions of clothing. One of the main points of these normative debates has to do with a vague and ever-changing notion: correctness and decency of dress. This correctness is primarily understood in a moral sense, since clothing has often been thought, since Antiquity, to reflect the virtue of the soul of the person wearing them. Consequently, torn, stained, loose or indecent clothes would reveal the vices of its wearer. This association between proper clothing and a respectable behavior is being reaffirmed by some MPs nowadays. To understand what is at stake in these debates, we must understand clothing and its rules on an individual level, but also, as R. Barthes writes, as a “system (…) defined by normative links, which justify, oblige, prohibit or tolerate, in a word, regulate the matching of pieces on a real wearer, grasped in its social and historical nature”.

The opposition to ‘wearing a proper dress’ has the same moral, philosophical and political implications as its approval: philosophers and artists have often emphasized their disdain for social codes and decorum. Besides, the growing awareness on environmental issues makes some people reject the requirement of an ever-changing wardrobe, putting forward  its ecological and ethical impact.

Undoubtedly, everyone does not understand the expression “proper clothes” or “decent clothes” in the same sense, as it evolves with fashions, ways of thinking, changes in the relationship between sexes and the boundaries between the genders, material conditions, but also with political or ethical considerations. The exhibition “proper dress required”, organized at the Musée des Arts Décoratifs in 2016-2017, structured in a chronological order, summarizes the perennial nature of these issues.

The proposed one day conference will be devoted to a type of clothing that is particularly scandalous and crystallises these moral issues, that of the poor and the beggar. Under the figure of rags, tatters, holes, stains, mended clothes, work clothes and religious clothes, the clothes of the poor and beggars appear frequently in literature and art. They have been the subject of many discourses over the years, often critical but sometimes laudatory, and are at the heart of both political and aesthetic distortions, which might sometimes raise some questions. We will therefore look at the different aspects of this dress, which has been frequently imposed, but is sometimes imitated and misappropriated, from Antiquity to the present day, along the following three lines:

The garment of the poor is a privileged garment for concealing one’s true identity and blending into relative anonymity. Thus, in chapter 13 of the Odyssey, Athena gives Odysseus the appearance of a beggar to enable him to return incognito to Ithaca, to probe Penelope’s intentions and to kill the suitors. The poor man’s garb, while concealing the hero’s identity, is also one of the chosen tools used to test other characters. This refers to two topical characteristics attached to the figure of the beggar, thought of as a marginal: his incognito life, since he does not belong to the class of notables, and his clairvoyance, as if his humility allowed him to pierce the veil of appearances. How does wearing the garment of the poor metaphorically give the possibily to put on these qualities? Does the beggar’s disguise still convey the same meaning and function in stories now as it did during the Antiquity? If the costume allows one to conceal one’s true identity, it can also be the marker of a temporary state. We can here evoke the female figures of Cinderella and Donkeyskin in Perrault’s tales who leave their miserable rags at the time of the outcome, the change of clothing then marking a change of social status. What role does the beggar’s garment play in the different narrative schemes? To what extent can we argue that it is  a paradigmatic marker of the changes experienced by the characters in fictions?

Furthermore, within human society, the poor man’s clothing is, for some individuals, a way to show their moral values and aspirations through their clothing. Different philosophies reflected on the clothing that a philosopher should wear, and while Alcibiades praises Socrates’ simple cloak in the Banquet, the Pythagoreans and Cynics brought this reflection to the point of extreme deprivation. Diogenes is the paragon of this attitude towards the garment of the poor. Dressing as a beggar is the external and material manifestation of the rejecting of all worldly things. How are the philosophical discourses on the humble dress structured? How is the simple habit praised as the philosopher’s attire par excellence? This austerity of dress is taken up in a Christian context where ascetic hermits express their withdrawal from the world through their dress and where the monk’s dress borrows from that of the poor. Hagiographic literature topically relates the encounter between the humble and the noble where the difference in lifestyles is demonstrated by the clothing. This is what we find in the meeting between Theodosius and Abraham of Harran by Theodoret of Cyr: “[The emperor] therefore sent for him and considered that this peasant’s crone skin was more respectable than his purple garment.” The mendicant orders in the medieval West took on the virtuous qualities attached to the habit of the poors. Nowadays, dressing up in second-hand clothes, clothes with holes in them or worn out, allows one to make a statement that is no longer philosophical or religious but ecological. Is upcycling the ascetic’s clothing of the 21st century? How does poor clothing express moral values, and how does the ecological discourse on contemporary fashion remotivate these secular motifs? Can the postures behind the moral claims made by clothing be thwarted?

 Poetry and art are no strangers to this movement. The bohemian poet, especially Rimbaud, wears a sloppy, holey outfit: “my fists in my cracked pockets. The beggar’s outfit signals the poet’s special place and allows him to act as a clairvoyant. How has this motif of the beggar-poet been constructed over time? How is this motif linked to a writing of simplicity, at least proclaimed? Beyond this parti pris, there is a genuine aesthetic of the beggar’s garb in art. In the first place, the rhapsody (mending) is the metaphor par excellence of epic creation in Antiquity. The mended garment, made of several pieces put together, is the model of the highest genre. To what extent are the ancient authors aware of this model of the humble garment? How do they play with this paradigm? Literature is also interested in the garment of the barefoot man through snags and holes. A hole in the garment is what reveals the truth of things that otherwise remain hidden. The Hugolian poet uses the hole in the clothing as one of the forms of the clair-voie that allows us to see, in bits and pieces, a truth that would otherwise be unbearable for the human being. How do writers and philosophers construct holes or tears as something positive? Finally, in contemporary fashion, the garb of the wretched, the rogue, the unclothed are thought of as beautiful for their own sake. Various haute couture houses have proposed collections in which these street clothes, which have become the climax of chic, are shown on the catwalk. We can doubtlessly identify here a fascination of the more affluent social groups for the clothing of the poors, a symbol of going wild and being free, although it is not free of symbolic violence.

Papers given in French or English will not exceed 30 minutes and will be followed by discussions. The proposal, having the form of an abstract (300 words maximum) in French or English should be sent before Feb 10th 2023 to the following addresses: himationlabojunior@gmail.com and mode_religions@lsrs.lu. The one day conference will be held on June 23rd 2023.. 



Citer ce billet
Himation (2022, 14 décembre). Appel à communications / Journée d’études. Himation - Laboratoire junior. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://himation.hypotheses.org/235

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.