Qui sommes-nous ?

Le laboratoire HIMATION (ENS de Lyon) réunit sept jeunes chercheurs en sciences de l’Antiquité de plusieurs universités françaises. Les travaux du laboratoire portent sur l’emploi des métaphores du vêtement dans les textes antiques.

 

LES MEMBRES:

Juliette Delalande  est doctorante en littérature latine à Sorbonne Université et à l’Université de Lille, rattachée à l’EA 1491 Editta et à l’UMR 8164 HALMA. Son domaine de recherche est la poésie de l’époque augustéenne, et plus particulièrement l’œuvre d’Ovide. Dans le cadre de son travail de thèse, elle étudie la signification métapoétique et intertextuelle que peuvent revêtir les variantes mythologiques dans les poèmes ovidiens, ainsi que les marqueurs possibles de cette intertextualité. Les problématiques que pose l’usage de métaphores du vêtement dans le monde antique l’intéressent sur plusieurs plans : l’emploi de métaphores du tissage ou du vêtement est souvent associé à un discours du poète sur son oeuvre ou sa pratique poétique et la mention ou l’ekphrasis d’un tissu fin peut être l’indice du goût de son auteur pour une leptotès alexandrine. Par ailleurs, le vêtement est un élément central de certains mythes antiques et peut être porteur de significations métaphoriques (union de deux personnages, malédiction de l’un sur l’autre, identité d’un personnage…) qui sont reprises d’un auteur à l’autre mais connaissent aussi des variations significatives.

Barthélémy Enfrein, doctorant en philologie grecque à l’EPHE-PSL, édite les Homélies sur Luc de Cyrille d’Alexandrie en grec et en syriaque et se penche sur leur réception dans les mondes byzantins et de l’Orient chrétien.

Misel Jabin, doctorante en philosophie à l’ENS de Lyon (IHRIM), travaille sur la notion de l’automotricité de l’âme dans les dialogues tardifs de Platon.

Dimitri Mézière est doctorant en littérature latine à Sorbonne Université (EA 4081 Rome et ses renaissances). Ses recherches portent sur les relations entre science et artifice, à travers l’étude du concept d’ars, dans les poèmes éroto-didactiques d’Ovide (Medicamina faciei femineae, Ars amatoria, Remedia amoris). La parure, qu’il s’agisse du vêtement  mais aussi des cosmétiques, constitue un objet important de l’art d’aimer enseigné par le poète romain aux femmes et aux hommes. Si l’apparence extérieure renvoyée à autrui est un signe véhiculant une valeur socio-culturelle, celle-ci peut également être cultivée au moyen d’artifices qui recouvrent, dissimulent et visent à séduire l’autre. Dans le cadre de l’étude des métaphores vestimentaires dans les textes antiques, la valeur esthétique de la parure (kosmos) dans la poésie grecque comme latine semble offrir un axe d’étude intéressant en ce que l’ornement peut être porteur d’une réflexion sur le concept de création, tant à l’échelle du poème que du monde.

Pauline Rates est doctorante en philosophie antique à l’ENS de Lyon (IRHIM). Elle s’intéresse, dans le cadre de sa thèse, à la conception du corps féminin et à la différence sexuelle chez Augustin.

Floriane Sanfilippo est doctorante en histoire et littérature latines à l’Université Bordeaux-Montaigne. Elle travaille sur les représentations de la main dans la culture romaine, dans une approche anthropologique de l’Antiquité qui met en regard textes et iconographie.

Baptiste Tochon-Danguy, doctorant en philosophie à l’EPHE-PSL étudie la fonction et la réception du mouvement chez les sculpteurs italiens à la Renaissance qui s’opère en parallèle d’une réinterprétation des philosophies antiques et médiévales du mouvement (néoplatonisme et aristotélisme) chez certains penseurs et philosophes (Marsile Ficin, Giordano Bruno, Léonard de Vinci).